Reprise timide des activités à Port-au-Prince

Les activités commencent à reprendre timidement ce mardi à Port-au-Prince au deuxième jour d’un mot d’ordre de grève de deux jours lancé par la table de concertation pour réclamer la baisse des prix du carburant et le départ du Président Michel Martelly .

A Port-au-Prince, le transport en commun est toujours paralysé mais, parallèlement le gouvernement a mis à la disposition du public des autobus.

Quelques voitures privées ont été remarquées également sur l’autoroute de Delmas.

Mais d’autres quartiers de la capitale les activités sont toujours au point mort, A Bon Repos en plaine, par exemple au nord de Port-au-Prince, des barricades de pneus enflammées sont toujours visibles sur la nationale numéro un.

Le gouvernement avait invité la population à rester calme, et a réitéré sa ferme détermination à poursuivre le dialogue permanent avec les secteurs vitaux de la nation, lit-on dans une note de la communication gouvernementale.

Selon le Premier Ministre, les arrêts de travail provoqués par ces appels à la grève ne peuvent que nuire à l’économie nationale, et engendrer des conséquences néfastes pour les populations les plus vulnérables.

Rappelons que hier lundi de la grève en soi qui est une réussite, beaucoup d’actes de violence ont été enregistrés au niveau de divers quartiers de la capitale.

Certaines personnes voulaient vaquer à leurs activités, elles ont été contraintes de rebrousser chemin. Des chauffeurs de Taxis m

otos ont été forcés de déposer à mi-chemin leur passager ou tout simplement contraints à revenir en arrière. Des chauffeurs de Tap-Tap ou d’autobus de transport en commun qui avaient pris la route, ont été contraints de suivre le mot d’ordre de grève.

EJ/Radio Métropole Haïti

Share Button