Le gouvernement proteste contre la pendaison d’un haïtien

2Le gouvernement haïtien est préoccupé pour la sécurité des migrants haïtiens en République Dominicaine.

Le chancelier haïtien, Duly Brutus, a acheminé la semaine écoulée une correspondance officielle au gouvernement dominicain pour réclamer l’ouverture d’une enquête sur l’assassinat du migrant Henry Claude Jean. Le ressortissant haïtien avait été pendu par des dominicains le 11 février 2015.

La correspondance a été transmise par l’ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine, Alix Cinéas. Nous condamnons cet acte et nous exigeons que les autorités dominicaines assument leurs responsabilités afin de faire la lumière sur cet assassinat, écrit le chancelier haitien. Le ministre Brutus soutient qu’il faut identifier et condamner les auteurs du crime pour empêcher la répétition de ces actes contre les haïtiens.

Dans le même temps le gouvernement haïtien réclame des garanties en ce qui a trait au respect des droits des migrants haïtiens. Le ministre des affaires étrangères sollicite le renforcement du dispositif sécuritaire autour de l’ambassade d’Haïti et la protection du personnel de la représentation diplomatique.

Il condamne la souillure du drapeau haïtien par des extrémistes dominicains. Le chancelier soutient que des organisations rapportent une montée de l’antihaitianisme en République Dominicaine.

D’autres pratiques de l’immigration dominicaine sont dénoncées par le chancelier haïtien. Il révèle notamment la rétention des passeports des ressortissants haïtiens se trouvant en situation irrégulière en république Dominicaine. Ce n’est pas normale puisque le passeport appartient au gouvernement haïtien, lance t-il.

Interrogé sur la réaction tardive des autorités haïtiennes, le chancelier a fait valoir que le gouvernement a voulu au préalable collecter les informations par les voies diplomatiques. Nous avons le sens de la responsabilité, il faut éviter la démagogie, a laissé entendre M Brutus. Pour lui le gouvernement doit agir afin de protéger les milliers de jeunes étudiants et les migrants haïtiens en République Dominicaine.

LLM / radio Métropole

Share Button